Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2016 3 12 /10 /octobre /2016 11:05

Nouvelle parue le week-end dernier dans Centre Presse Aveyron, avant coupures (trop long cette fois).

Je m'assieds au bord du feu de camp, qui brûle sans discontinuer dans une grande vasque faite d'un matériau d'une étonnante légèreté. Il est 20h04. La réunion quotidienne devrait normalement commencer à 20 heures, mais personne n'est prêt.
Les gens vont et viennent sur l'herbe du campement, entrant et sortant dans la grande tente de l'accueil où a été volée la caisse de solidarité, la semaine dernière. Elle contenait environ 30 euros : pas grand-chose si l'on considère les nombreuses personnes qui viennent nous voir chaque jour, mais une vraie perte vu le temps qu'elle a mis à se remplir. Un petit vent frais accompagne les derniers rayons du soleil couchant et souffle entre les arbres, gonflant le drapeau couleur arc-en-ciel sur lequel est écrit le mot « paix » en grosses lettres capitales blanches.
20h10. Josselin s'assied à côté de moi. De tous les militants de la zone, c'est mon préféré. Âgé de 31 ans, Josselin vivotait, il y a encore quelques mois, de ses activités de préparateur de commandes tout en travaillant sur une thèse sur le code génétique des salamandres. Il s'est jeté à corps perdu dans l'organisation, la tenue et les objectifs de la zone dès que cette dernière s'est ouverte, comme barrage à une dépression larvée.
20h12. Josselin me demande si je veux faciliter la réunion, c'est-à-dire, permettre à chacun de s'exprimer à temps de parole égal, et à représentation égale. Il faut aussi savoir synthétiser les plus redoutables logorrhées. En général, au bout d'une demi-heure de débats à peu près sensés, se trouve quelqu'un qui ne résiste pas à la tentation de réinventer la roue. Enfin, il (ou elle, mais plus généralement il) s'entend parler en temps réel. Une assemblée l'écoute, là, lui, lui seul, dans le froid ! Chose dont il a toujours rêvée, et qui ne lui arrive jamais ! Quelle sensation grisante ! Même si cela déjà été dit trois fois, ça lui est vital, il lui faut souligner une quatrième fois l'importance de lutter contre les paradis fiscaux, ces antres de non-droit, ces territoires de corruption, avec force grands gestes des bras et expressions passionnées, les yeux dans le vague. Intervient alors le pendant du réinventeur de roue : le fétichiseur de consensus. Ce dernier intervient avec fougue pour dire combien il est d'accord avec le réinventeur de roue et qu'il a d'ailleurs lu sur internet que dans les îles anglo-normandes, où vit sa cousine, enfin, ce n'est pas sa cousine mais l'ex de cette dernière, eh bien, il paraît que… Il faut alors une vraie autorité au facilitateur pour faire revenir le groupe au cœur de la question initiale, qui est le séchage du linge. Je veux bien faciliter le début de la réunion, mais quand j'aurai trop froid et surtout quand ma patience atteindra ses limites, je lui passerai le relais. Josselin acquiesce.
20h15. Nous nous frottons les mains. Nous sommes toujours tous seuls assis sur nos deux troncs d'arbre en attendant que les autres veuillent bien nous rejoindre pour démarrer la réunion. Josselin pianote pendant ce temps sur son smartphone et m'apprend, les yeux brillants, que l'espèce de rat rouge rarissime qu'il a cherchée pendant quatre étés dans les montagnes de la Sierra Nevada de Santa Marta, en Colombie, a enfin été retrouvée ! Il frétille de joie. On pensait le rat rouge définitivement éteint. La nouvelle l'émeut vraiment. Intelligent, posé, idéaliste, courageux, généreux, et doté d'une voluptueuse chevelure blonde, Josselin me semblait être l'homme que je n'aurais jamais imaginé exister. Jusqu'au jour où il déclara d'un ton dégagé, lors d'une réunion collective, que, effondré devant la nocivité de l'espèce humaine, sa surpopulation, et sa responsabilité dans la destruction de la planète, il avait décidé de ne pas être acteur de sa reproduction et de procéder à une vasectomie à l'âge de 21 ans.
20h23. Julien, un militant que je ne sens pas trop, s'installe enfin à côté de nous. « On n'est pas assez nombreux », se plaint-il en allumant une cigarette. « On n'arrivera jamais à faire bouger les choses si plus de monde ne vient pas nous rejoindre ». Julien se sent comme le garant de la démocratie vivante, du militantisme actif, et il n'est pas question pour lui de bâcler ça. Il a toujours des choses plus importantes à faire que d'aller chercher à manger pour le groupe ou de tenir son tour de garde la nuit. Les autres peuvent bien s'occuper de ces considérations terre-à-terre. Lui, il est là pour les choses sérieuses.
20h30. Dave, l'ours canadien, s'installe à quelques mètres de nous pour débiter d'énormes bûches de bois à grands coups de hache. Sans un mot, il en ajoute une brassée sur le feu puis s'éloigne à nouveau.
20h37. Au goutte-à-goutte, les autres s'approchent enfin. La réunion peut commencer.

Partager cet article

Repost 0
Published by Léonie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Mes jours agités, blog de Léonie
  • Mes jours agités, blog de Léonie
  • : Voyages, recherches, photos, dessins. Pour tout commentaire, question, compliment, critique ou reprise de contenu, merci de me contacter directement.
  • Contact

Recherche